Advanced

fidh Libération de prisonniers d’opinion

March 09, 2006 12:18PM
www.fidh.org [français] > Maghreb & Moyen-Orient > Tunisie

3/03/2006
Tunisie
Libération de prisonniers d’opinion



La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) accueillent favorablement la grâce présidentielle qui a été accordée le 25 février 2006, à 1298 détenus tunisiens parmi lesquels on dénombre près de 80 prisonniers d’opinion.

Samedi 25 février 2006, 1657 prisonniers tunisiens ont recouvré la liberté, 1298 personnes ont bénéficié d’une grâce présidentielle et 359 autres ont obtenu leur libération conditionnelle. Au nombre des personnes graciées, les organisations de défense des droits de l’Homme tunisiennes comptent près de 80 prisonniers politiques parmi les 249 personnes recensées au mois de novembre 2005 par l’Association internationale de soutien aux prisonniers politiques (AISPP) comme étant incarcérées pour délit d’opinion.

Six des « internautes de Zarzis » qui avaient été condamnés par la Cour d’appel de Tunis en juillet 2004 à 13 ans de prison pour notamment, « utilisation d’Internet à des fins d’activités terroristes » ont bénéficié de la grâce présidentielle. Toutefois de nombreux prisonniers d’opinion restent en détention, comme c’est le cas de Mohammed Abbou, avocat tunisien condamné à 3 ans et demi de prison en mai 2005 et détenu arbitrairement depuis le 1er mars 2005, pour avoir notamment, fait valoir son droit à la liberté d’expression.

Les entraves aux activités des défenseurs des droits de l’Homme demeurent nombreuses en Tunisie. Empêchée de tenir son Congrès annuel depuis le 1er septembre 2005, la LTDH a vu une nouvelle fois le 25 février 2006, reporter le procès qui oppose son Comité directeur à deux membres contestataires dénonçant les « violations du statut et du règlement intérieur » de l’organisation. La nouvelle audience est prévue le 6 mai 2006. Nos organisations considèrent la procédure intentée contre le Comité directeur de la LTDH comme une nouvelle manifestation de l’instrumentalisation du système judiciaire et ce, afin de faire obstacle au libre exercice des libertés fondamentales en Tunisie. Par ailleurs, au cours des dernières semaines et depuis la tenue du SMSI, plusieurs rassemblements et réunions de différents mouvements de la société civile, défenseurs des droits de l’Homme ainsi que militants politiques d’opposition, ont été empêchés, en violation de l’article 21 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Les autorités tunisiennes recourant notamment pour ce faire, à la mise en place d’ importants dispositifs policiers autour des lieux de rassemblement.

Nos organisations considèrent que la grâce accordée à près de 80 prisonniers d’opinion est un premier pas que la Tunisie doit poursuivre en procédant à la libération de toute personne incarcérée sur son territoire pour délit d’opinion, en conformité avec l’article 19 du PIDCP qui stipule que « (1) Nul ne peut être inquiété pour ses opinions » et que « (2) toute personne a droit à la liberté d’expression ».

Nos organisations appellent à nouveau, les autorités tunisiennes à respecter leurs engagements internationaux en matière de respect et de promotion des droits de l’Homme et en particulier, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui garantit dans son article 19, la liberté d’opinion et d’expression ainsi que la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme.

Subject Author Posted

fidh Libération de prisonniers d’opinion

Dabbour Mounir March 09, 2006 12:18PM